Mercredi 16 octobre 2019, le Président de la Coopérative Agricole Fruitière du Valromey, Jérôme Berthier, ainsi que l’ensemble des éleveurs adhérents ont organisé la symbolique pose de la première pierre de la fruitière du Valromey dans la zone d’activités de Virieu-le-Petit sur la commune nouvelle d’Arvière-en-Valromey.

 

 

 

Pourquoi créer une fruitière à comté ?

La coopérative de la fruitière à comté du Valromey regroupe 14 exploitations situées sur la communauté de communes de Bugey Sud dans l’Ain, faisant vivre 27 familles. Leur lait est collecté par la Fromagerie Guilloteau de Belley, PME récemment achetée par un géant de l’agro-alimentaire, le groupe Agrial. Cette entreprise paye le lait au même tarif que celui pratiqué dans l’ouest de la France sans tenir compte des surcoûts de production des éleveurs de moyenne montagne.

Le prix actuel du lait payé aux producteurs (330 €/1000 l en moyenne annuelle) ne permet pas de couvrir les charges de production. Les éleveurs souhaitent obtenir un revenu leur permettant de vivre décemment de leur travail en se réappropriant la valeur ajoutée dans une logique de circuits courts, d’où l’idée de créer une fruitière à comté dans le Valromey.

La filière Comté est actuellement en sous-production ce qui représente un potentiel pour une augmentation des volumes (le marché progresse de 2% par an). Les producteurs situés dans la zone Comté de la partie nord de la communauté de communes Bugey Sud, ont presque tous des systèmes d’exploitation permettant d’intégrer le cahier des charges AOP Comté (Appellation d’Origine Protégée).

Ces éleveurs produisent 4,5 Millions de litres de lait qui pourraient être valorisés en partie dans cette filière dont une partie en bio.

Les exploitations sont pour la majeure partie dans la zone de collecte de la fruitière de Brénod (rayon de 25 km maximum). Cependant, celle-ci ne peut absorber plus de volumes. De plus, il n’existe pas de fruitière à
comté dans la zone sud du périmètre AOP (Valromey) d’où un projet de création, ce qui ne s’est pas produit depuis des dizaines années.

Les éleveurs ont obtenu l’aval du Comité Interprofessionnel de Gestion du Comté et de ses quatre collèges en Assemblée Générale le 1er décembre 2017. Lors de cette assemblée, la production de 300 tonnes de comté par an a été accordée, soit l’équivalent de 3 millions de litres de lait. Le solde de 1,5 Ml de lait sera transformé en fromage de diversification (raclette au lait cru, tomme de montagne…).

 

 

Un projet soutenu dès le départ par l’Etat et les collectivités locales

De la naissance du projet de création d’une fruitière à comté lancée en 2017 par le Syndicat des éleveurs laitiers du Valromey, en passant par la création de la coopérative de la fruitière du Valromey en 2018, à la pose de la première pierre, les éleveurs ont su s’entourer pour trouver les appuis techniques et financiers nécessaires à la création d’une fruitière :

  • Le Cabinet Triesse spécialisé dans les stratégies des entreprises alimentaires et le cabinet d’expert comptable Sépéo Conseils ont piloté la phase d’étude.
  • La Chambre d’Agriculture de l’Ain a accompagné chaque producteur sur les plans techniques et économiques ainsi que sur la partie magasin de la fruitière.
  • La phase d’étude a été portée par la communauté de communes Bugey Sud avec un co-financement par le programme européen Leader Bugey et le Département de l’Ain.

 

 

Un investissement de 5,6 M€

La réalisation de la fruitière à comté sur la commune nouvelle d’Arvière-en-Valromey (communauté de communes Bugey Sud) représente un investissement de 5,6 M€ qui correspond à :

  • construction du bâtiment : 2 M€
  • achat de matériel : 2,9 M€ (processus de production)
  • achat et travaux de viabilisation du terrain : 348 000 €
  • station d’épuration : 292 000 €

Le chiffre d’affaires de la première année est estimé à 3,2 M€ dont 2 M€ pour le comté et 1,2 M€ pour le fromage de diversification. Le prix d’équilibre (achat du lait par la coopérative aux éleveurs) s’établit à 450 € la tonne de lait.

L’affineur retenu par la coopérative d’éleveurs est la société Seignemartin à Nantua (achat des meules de comté en blanc).

En termes d’emplois, la fruitière compterait 4,8 équivalent temps plein, hors magasin.

Un comité de suivi, co-présidé par Mme la sous-Préfète de Belley et le Président de la communauté de communes Bugey Sud suit régulièrement l’avancée du projet dont l’ouverture est prévue à l’automne 2020Ce comité regroupe l’ensemble des acteurs concernés : éleveurs, Chambre d’Agriculture, Commissaire de Massif du Jura, représentants de la Région, du Département et des professions agricoles mais aussi les services de l’Etat concernés : DDPP (Direction Départementale de la Protection des Populations) et DDT (Direction Départementale des Territoires).

 

 

Les co-financeurs publics participent à hauteur de 1,7 M€

  • FEADER (Europe) : 300 000 €
  • Etat – FNADT commissariat de Massif du Jura : 250 000 €
  • Région Auvergne-Rhône-Alpes : 690 000 € 
  • Département de l’Ain : 275 000 €
  • Communauté de communes Bugey Sud : 200 000 €

 

Contact : Jérôme BERTHIER – Président de la Coopérative agricole de la fruitière du Valromey – Tél. 06 33 74 69 87