De gauche à droite: Denis Demolis, Jérôme Localzo, Quentin Buet et Nicolas Amprimo

Plein feu sur l’accueil bugiste

L’entreprise GERAL, spécialisée dans la fabrication de matériel électrique et électronique et située dans la zone d’activité de la Pélissière à Belley, a fait le choix de s’appuyer sur les compétences de sept jeunes alternants et d’investir sur la formation de ces profils pour assurer son développement. Loin des idées reçues, apprentis et tuteurs  ont accepté de partager leur expérience.

 

[aux alternants] Pouvez-vous nous présenter votre parcours ? Qu’est-ce qui vous a amené vers l’alternance, et dans l’entreprise GERAL ?

Quentin Buet : je prépare un BTS en électrotechnique en alternance à l’AFPMA de Bourg-en-Bresse ; j’ai intégré l’entreprise GERAL il y a un an. Je me suis intéressé à l’alternance dès la sortie du collège, pour être en lien avec le monde professionnel, mais j’ai dû attendre le BTS pour pouvoir me former en apprentissage. Démarché par l’entreprise GERAL via l’AFPMA, j’ai été séduit par les produits fabriqués et par leur accueil.

Jérôme Localzo : Je suis en formation en alternance en DUT GEII à l’université Grenoble Alpes et en contrat chez Geral depuis un an. J’ai choisi l’apprentissage car c’est un moyen d’avoir une expérience plus professionnelle : ce que l’on voit en formation reste éloigné de la réalité de l’entreprise. J’ai rencontré un représentant de l’entreprise GERAL lors d’un job dating de l’université et j’ai tout de suite apprécié l‘échange que j’ai eu avec eux. Je souhaite poursuivre ma formation en alternance en école d’ingénieur (Mines Saint-Etienne).

[aux alternants] : En pratique, comment vous organisez-vous entre vos  lieux de cours, de travail et d’habitation ?

QB : Lors de la période en entreprise, je suis hébergé chez mes parents en Isère. Je loue un appartement à Bourg-en-Bresse lorsque je suis en formation.

JL : Lorsque je suis à l’IUT, je suis hébergé chez mes parents. En entreprise, je loue un appartement à Belley pour être sur place et limiter la fatigue.

[aux alternants] Est-ce que le Bugey est un territoire accueillant selon vous?

QB: J’ai été très bien accueilli dans l’entreprise. Sur le territoire, il n’y a certes pas la même activité qu’à Bourg-en-Bresse, mais je profite surtout de l’environnement pour aller courir.

JL : Pour ma part j’aime le Bugey : mes semaines sur place me permettent de me reposer ! Le territoire offre aussi de multiples opportunités pour faire du sport.

[Aux tuteurs] Pouvez-vous vous présenter ? Quels conseils donneriez-vous pour devenir tuteur ? 

Nicolas Amprimo Je suis chef de projet en électromécanique au sein du bureau d’étude de GERAL depuis 2 ans et demi, et dans l’entreprise depuis 4 ans. Je me suis formé en alternance. Pour être un bon tuteur, il faut déjà être volontaire ! Il faut aussi être à l’écoute et aimer transmettre. Je m’appuie beaucoup sur ma propre expérience d’alternant. La journée de formation proposée aux tuteurs par l’AFPMA nous a aidés à améliorer l’accueil et la transmission des savoirs. Aujourd’hui, l’intégration de Quentin me semble vraiment réussie !

Denis Demolis : je suis dans l’entreprise GERAL depuis 25 ans. Après un DUT génie électrique et informatique industrielle, j’ai travaillé puis je suis retournée à l’école pour passer un diplôme d’ingénieur. Je suis aujourd’hui chargé de clientèle adjoint sur la conception et fabrication en électronique.

C’est ma première expérience de tuteur; il faut savoir que ce n’est pas le même encadrement que celui d’un salarié et qu’on n’attend pas les mêmes résultats.

 [Aux tuteurs] Qu’est-ce que l’alternance apporte à l’entreprise ?

DD : Le boulot d’un alternant, c’est de se former. Nous sommes fiers lorsqu’un apprenti obtient son diplôme !

Raphaëlle Frison [Assistante de direction] : Pour l’entreprise, l’objectif est de commencer à construire une relation professionnelle en vue de développer les compétences futures de l’entreprise. Pour réussir l’intégration, nous accordons la même importance au recrutement de l’alternant qu’à celui des autres collaborateurs de l’entreprise. L’implication et le savoir-être sont primordiaux.

[Aux alternants]Quels conseils donneriez-vous à des jeunes intéressés par la voie de l’alternance ?

JL : il faut pouvoir trouver un équilibre entre le travail demandé en entreprise et celui demandé à par l’école. Il est important de gérer sa fatigue, car, contrairement aux élèves en formation initiale, nous ne bénéficions plus des vacances scolaires mais suivons le même rythme que les salariés.

RF: Il est en effet important de passer le cap des premiers mois qui peuvent être difficiles avant de trouver le bon rythme !

QB : Pour ma part il faut simplement de l’implication et de la motivation !


CONTACT : Marie Pupier – service développement économique – CC Bugey Sud – m.pupier@ccbugeysud.com

 

 

Laisser un commentaire